Washington veut renforcer son partenariat avec « l’Algérie nouvelle »
Washington veut renforcer son partenariat avec « l’Algérie nouvelle »

Clarke Cooper, secrétaire d’Etat adjoint aux affaires politiques et militaires, est le premier haut responsable américain à visiter l’Algérie, depuis l’élection d’Abdelmadjid Tebboune, le 12 décembre 2019, président de la République. Venu en éclaireur, Clarke Cooper a eu des entretiens au ministère de la Défense nationale et au ministère des Affaires étrangères. « C’est un grand honneur non seulement de se retrouver en Algérie, mais dans la nouvelle Algérie comme nous en discutions. Il n’y a pas que moi dans mon poste ministériel, mais mes collègues et amis du gouvernement et du secteur industriel aspirent aussi à travailler et avoir un partenariat avec la nouvelle Algérie », a-t-il déclaré lors d’un point de presse commun avec Sabri Boukadoum, ministre des Affaires étrangères, au terme d’une visite de deux jours à Alger. « Et nous avons été en tant qu’Américains extrêmement reconnaissants de l’appel du Hirak pour un gouvernement plus ouvert, transparent et responsable. Nous avons vu aussi les promesses du président Tebboune et du nouveau gouvernement. Nous voyons une trajectoire très positive avec l’Algérie. Nous avons hâte d’avancer plus, on y va ensemble. Nous allons… », a ajoutéClarke Cooper. Sabri Boukadoum a continué la phrase du responsable américain : « nous allons marcher ensemble». Il a estimé que les Etats Unis étaient un partenaire important pour l’Algérie

Partenariat dans l’énergie

Le républicain Clarke Cooper a longtemps travaillé avec l’administration George W. Bush et a servi en Irak en tant qu’aide de camp du général Charles Davidson, puis comme conseiller à l’ambassade des Etats Unis à Baghdad. Il a également servi à l’Africom, le commandement militaire américain pour l’Afrique, à Stuggart, en Allemagne. Début février 2020, John P.Derocher, ambassadeur des Etats Unis à Alger, a été reçu par Mohamed Arkab, ministre de l’Energie, pour discuter des « opportunités » de partenariat dans le secteur des hydrocarbures, de l’électricité et des énergies renouvelables. Mohamed Arkab a invité les firmes américaines à «investir davantage » dans le secteur de l’énergie en évoquant l’entrée en vigueur de la nouvelle sur les hydrocarbures « qui offrent des opportunités très prometteuses pour un partenariat mutuellement bénéfique» dans les domaines de l’exploration pétrolière et gazière, de la pétrochimie, de la formation et du transfert de technologie. L’Algérie devait participer à la conférence internationale sur l’énergie Ceraweek qui devait avoir lieu à Houston au Texas, du 9 au 13 mars 2020, mais qui a été reportée à cause de l’épidémie du Coronavirus.