La crise sanitaire de CIVID-19 prend des proportions alarmantes en Afrique, a souligné l’Organisation mondiale de la santé (OMS), dans un communiqué rendu public jeudi.

Les infections à la COVID-19 en Afrique vont dépasser le million de cas dans les jours à venir pendant que la pandémie s’étend dans plusieurs pays de forte infection, annonce l’organisation. ‘’En un peu plus de trois semaines, le nombre de cas sur le continent a presque doublé atteignant 889 457, avec 18 806 décès’’, alerte l’OMS.

Dans l’ensemble, la pandémie s’accélère, le nombre de nouveaux cas ayant augmenté de 50 % au cours des 14 derniers jours par rapport à la quinzaine précédente. Toutefois, seuls cinq pays représentent environ 75 % des cas cumulés de COVID-19 : l’Algérie, l’Égypte, le Ghana, le Nigeria et l’Afrique du Sud. L’Afrique du Sud représente à elle seule environ la moitié du total des cas sur le continent. En tout, 4376 nouveaux décès y ont été enregistrés au cours des 14 derniers jours, ce qui correspond à une augmentation de 22 % par rapport aux deux semaines précédentes.

Sept pays d’Afrique subsaharienne ayant précédemment imposé des mesures de confinement et qui ont actuellement commencé à les assouplir ont connu une hausse de 20 % du nombre de cas au cours des deux dernières semaines. Certains pays comme la République du Congo et le Maroc ont dû remettre en place les mesures de confinement partiel en raison de l’augmentation du nombre de cas, note la même source.

« Le continent se trouve à un moment charnière, puisque l’Afrique approche le million de cas », a déclaré Dr Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour l’Afrique. « Le virus s’est répandu à partir des grandes villes et s’est étendu aux contrées éloignées. Les pays doivent garder le cap et décentraliser d’urgence leurs principaux services d’intervention. Nous pouvons encore empêcher la COVID-19 d’atteindre son plein essor, mais il est temps d’agir ».

L’une de nos plus importantes responsabilités collectives est de protéger les agents de santé de première ligne, qui sont exposés à des risques élevés. Quarante et un pays africains ont signalé près de 14 000 infections chez les agents de santé. Dans 16 pays ayant signalé ces infections au cours du mois dernier, près d’un quart ont enregistré une augmentation au cours des deux dernières semaines par rapport à la quinzaine précédente.

Les mesures de santé publique telles que les tests, la recherche des contacts, l’isolement et les soins aux patients restent au cœur de la riposte, tout comme la prévention des infections par le lavage des mains, la distanciation physique et le port du masque. La levée des mesures de confinement qui ont contribué à ralentir la propagation de la COVID-19 devrait être fondée sur des preuves, échelonnée et ciblée.

Alors que les frontières commencent à ouvrir à nouveau et que la célébration de la fête islamique de l’Aïd al-Adha, marquée par des rassemblements sociaux et religieux, est prévue pour le vendredi, il est à craindre une propagation du virus, même dans les zones qui ont jusqu’ici été épargnées par la COVID-19, si les précautions nécessaires ne sont pas prises.