Il y a un an, le Hirak œuvrait en vue d’obtenir sa deuxième victoire. La première, est-il utile de le rappeler, fut le départ du pouvoir d’Abdelaziz Bouteflika et la fin du projet ubuesque de cinquième mandat présidentiel. Par la suite, les manifestations populaires et pacifiques ont obtenu l’annulation de l’élection présidentielle qui devait avoir lieu en juillet 2019. Faute de candidats crédibles et au vu de l’énorme pression de la rue, le pouvoir, personnalisé alors par feu le général Ahmed Gaïd Salah, eut l’intelligence de ne pas insister.

Douze mois plus tard, où en sommes-nous ? Le Hirak, on le sait, est forcé de ronger son frein, en raison du confinement et de l’interdiction de manifester induits par la pandémie de Covid-19. Avant d’aller plus loin, il est nécessaire de relever à quel point le mouvement populaire a fait preuve de maturité et de responsabilité.  Cette retenue aurait pu constituer le point de départ d’une démarche conciliatrice de dialogue et de négociation. On le sait, ce fut tout sauf cela.

L’équation demeure la même. Une bonne partie de la population considère que le pouvoir actuel, dans toutes ses expressions et ses représentations, n’est pas à apte à diriger l’Algérie et à lui fournir les éléments indispensables pour son développement (son « émergence » dirait-on dans les cercles néolibéraux). Beaucoup de gens m’interpellent sur la signification du titre de mon dernier livre. L’Algérie, un pays empêché. Empêché de quoi ? Empêché d’être ce qu’il pourrait être. D’être ce qu’il est capable d’être. Vous noterez que je n’ai pas écrit « ce qu’il devrait être ». Je me borne juste à regarder ce dont dispose le pays comme richesses, humaines et naturelles, et à évaluer, en comparaison, le pitoyable état dans lequel il se trouve.

Il y a quelques jours, la presse nationale s’est faite l’écho du classement des quatre-vingt pays les plus influents au monde réalisé par une agence de communication en partenariat avec l’université de Pennsylvanie. Sans surprise, l’Algérie n’y figure pas contrairement à l’Arabie saoudite (10ième), l’Afrique du sud (32ième),le Maroc (57ième) et la Tunisie (61ième).  Bien sûr, ce genre de classement ne constitue pas une référence absolue. Cela vaut aussi pour de nombreux autres « ranking », comme celui de la Banque mondiale sur l’environnement des affaires, qu’il faut toujours prendre avec prudence et en examinant avec attention leur méthodologie et leurs objectifs.

De même, l’expression d’une vraie ambition patriotique, différente d’un quelconque chauvinisme ou wantoutrisme, ne signifie pas qu’une bonne place à ces classements est une fin en soi. L’idée n’est pas de vouloir être influent à tout prix. L’objectif, c’est d’abord le développement, le progrès continu, l’amélioration des infrastructures, le renforcement des capacités éducatives, l’existence d’un système de santé à la hauteur des attentes de la population. C’est en atteignant cela que vient l’influence. Autrement dit, cette influence, cette puissance, ne sont que les « bienfaits collatéraux » d’une vraie politique de développement avec ce que cela signifie comme réflexions stratégiques et même, osons ce qui constitue un gros mots chez certains, comme planification.

Le monde tel qu’il se dessine en ce début de vingt-et-unième siècle sera féroce pour les pays incapables d’avoir les structures internes suffisamment solides. Croire que l’existence d’importantes réserves gazières et le renforcement constant des capacités militaires donneront à l’Algérie les moyens de coller au peloton de tête dans la compétition mondiale, c’est faire preuve de naïveté et d’amateurisme. La seule chance du pays s’appelle le « capital humain », c’est-à-dire une démographie qui, en théorie, ne présente que des avantages. Beaucoup de jeunes, une part non négligeables de plus âgés et des vieux en nombre moins importants. Bref, la possibilité d’articuler sans peine politique industrielle, développement du marché intérieur et mobilisation de l’épargne. Encore faut-il qu’il existe un consensus politique au sein de la société. Or, le modèle implicite qui prévaut en Algérie depuis au moins trois décennies, est que ce qui est offert à la majorité est uniquement le droit de se débrouiller comme elle peut pour survivre.

Ceux qui dirigent le pays n’ont pas de projet de société inclusif. Leur modèle, c’est la Russie de Vladimir Poutine ou la Chine du (faux) Parti communiste. En somme, l’ordre et, si possible, une certaine dose de redistribution pour tenter de faire oublier les inégalités. Les arrestations auxquelles nous assistons depuis des mois, les poursuites et condamnations pour des motifs aussi fallacieux qu’invraisemblables n’ont pas d’autre objectif qu’une mise au pas autoritaire de la société. C’est un retour anachronique au 19 juin 1965.

Bien sûr, on pourra rétorquer que la Chine ne s’en sort pas si mal, elle qui domine désormais une grande part de l’économie mondiale. Admettons. Encore faut-il être capable de faire aussi bien ou même presque aussi bien qu’elle. Ce qui est loin d’être le cas. La seule manière pour l’Algérie de s’en sortir, c’est de passer par la mobilisation de la majorité de ses enfants, réunis autour de la conviction que la liberté et le droit aux droits fondamentaux sont le socle de la sortie du sous-développement. Et ce n’est pas en enfermant des gens qui n’ont pas commis d’autre crime que de s’exprimer de manière pacifique que l’Algérie s’en sortira.