Pour l’Algérie, la décision de l’UE de réimposer des restrictions aux voyageurs algériens «n’aura aucun impact ou incidence sur les dispositions prises dans mon pays puisque les autorités algériennes ont décidé, de manière souveraine, de maintenir nos frontières aériennes, maritimes et terrestres fermées jusqu’à ce que la pandémie soit jugulée », a affirmé , a affirmé l’ambassadeur d’Algérie à Bruxelles, Amar Benali sur Euronews.

« Les décisions prises par de tierces parties n’affecteront, en aucune manière, notre dispositif national visant à circonscrire l’épidémie et à briser la chaîne de contamination », a encore ajouté le diplomate.

Depuis le 30 juillet, l’Algérie ne figure plus sur la liste des pays exemptés de restrictions de voyages en raison de la pandémie de coronavirus, avait annoncé le conseil de l’UE dans un communiqué.

C’est la deuxième fois que la liste est actualisée depuis sa création il y a un mois. Elle s’appuie « en particulier » sur des critères épidémiologiques et est soumise à une révision tous les 15 jours. Elle précise les pays pour lesquels les restrictions aux frontières extérieures de l’UE « devraient graduellement être levées ».

Les pays restants sur la liste sont : Australie, Canada, Géorgie, Japon, Maroc, Nouvelle-Zélande, Rwanda, Corée du sud, Thaïlande, Tunisie, Uruguay, et la Chine avec une condition de réciprocité.

Depuis le début de la pandémie l’Algérie a enregistré plus de 30 000 cas de contaminations au Covid-19 et connaît ces derniers jours une augmentation des contaminations.