Ministère des finances
Ministère des finances / Archives

Le Conseil des ministres, réuni en visioconférence ce dimanche 3 mai 2020, a décidé de réduire le budget de fonctionnement de l’Etat de 50 %. La précédente réduction était de 30 %. Cette nouvelle décision est motivée par l’effondrement des cours pétroliers depuis début mars 2020. Cette nouvelle réduction comprend les dépenses de l’Etat et de ses institutions. Selon un communiqué du Conseil des ministres, publié dimanche soir, le Salaire national minimum garanti (SNMG) sera revalorisé à partir du 1er juin 2020 de 2000 dinars pour atteindre les 20.000 dinars. Pendant plus de huit ans, le SNMG n’a pas été augmenté, malgré les appels incessants des syndicats. Le président Abdelmadjid Tebboune a demandé au gouvernement de préparer une Tripartite, qui réunit les syndicats et le patronat avec les gouvernement, les prochaines semaines. Autre décision : Exonération des  revenus inférieurs ou égal à 30.000 DA à compter du 1er juin prochain. L’IRG, impôt sur le revenu global, ne sera plus prélevé pour les salariés qui touchent moins de 30.000 par mois. Ces mesures seront portées dans la loi de finance complémentaire (LFC) 2020. Le débat autour de ce projet se poursuivra les prochains jours lors d’un autre Conseil des ministres, à la demande du président Abdelmadjid Tebboune. Le Conseil a décidé, par ailleurs, de la suppression du système de déclaration contrôlée pour les professions libérales qui a été introduit dans la loi de finance 2020, préparée par le gouvernement Noureddine Bedoui.

Création d’un Office national de l’agriculture saharienne

Cette mesure a été critiquée par certains professions libérales comme les avocats. A la fin de la réunion, le président de la République a ordonné la création immédiate d’un Office national de l’agriculture saharienne « pour la mise en valeur de millions d’hectares de terres sahariennes afin de développer l’agriculture industrielle ». Il a également instruit le gouvernement Abdelaziz Djerad de lancer les études nécessaires pour la mise en place d’une Agence nationale de l’aviation civile, d’une Agence nationale de l’énergie, d’une Agence nationale de l’innovation et d’une Agence nationale de la sécurité sanitaire.