Report du procès de Karim Tabbou
Report du procès de Karim Tabbou

En ce 26 mars, Karim Tabbou aurait dû être libre et heureux parmi les siens. Au lieu de cela, il est en prison, avec un état de santé inquiétant, dans un contexte terrible où personne ne sait comment le milieu carcéral sera affecté par l’épidémie de Covid-19. Pour bien prendre la mesure de ce qui vient de lui arriver, il faut rappeler plusieurs choses. D’abord, cette voix emblématique du Hirak populaire et pacifique avait pratiquement purgé sa peine de six mois. Ensuite, c’est quasiment au terme de cette peine que le parquet – aux ordres du pouvoir exécutif, faut-il le préciser – a fait appel. Et, comme par hasard, son procès en deuxième instance s’est tenu en catimini sans même que ses avocats n’aient été informés. Disons-le clairement : ces méthodes vicieuses sont celles de la junte chilienne qui prit le pouvoir en septembre 1973. Ces méthodes sont celles d’un Idi Amin Dada désireux de nettoyer son pays de toute opposition, fut-elle pacifique et patriote. Ces méthodes sont celles de Siad Barré qui, au final, mena son pays, la Somalie, à une guerre civile qui dure encore. Ces méthodes mesquines et cruelles sont indignes du peuple algérien et de tout ce qu’il endure depuis des décennies.


Durant son « procès », Karim Tabou a fait un grave malaise après que le « juge » eut refusé de l’autoriser à ne pas assister à l’audience en raison de l’absence de ses avocats. Question simple : dans quel genre de pays juge-t-on ainsi un homme sans la présence de ses défenseurs ? Même les Israéliens qui ont la main lourde à l’égard des militants palestiniens font tout de même semblant de respecter les formes ! Autre fait scandaleux : Karim Tabbou ayant été évacué à l’infirmerie, le juge a ordonné la poursuite du procès et l’a condamné à une année de prison ferme. Vite fait, emballez, c’est pesé ! La manœuvre est grossière, digne de ses instigateurs, et vise à empêcher cette figure de l’opposition à rejoindre les siens et à reprendre sa place dans le Hirak, fut-il suspendu en raison de la pandémie de coronavirus.


Vendredi dernier, le Hirak a démontré une maturité sans égale avec l’absence de manifestations dans le pays. On sait que les débats ont été vifs, que certains étaient partisans d’aller jusqu’au bout mais la préoccupation du bien-être collectif a primé. En un mot, le Hirak a décrété une trêve que le pouvoir entend exploiter pour mener à bien une vile besogne. Revenir à la situation antérieure à celle du 22 février 2019. Celle où toute voix dissidente était interdite. En fait, ce n’est pas une condamnation à un an de prison que Karim Tabbou vient de subir mais bien une peine capitale qui ne dit pas son nom. De cela, de ces méthodes de voyous, on ne dira qu’une seule chose. Tout est et sera documenté. Certains se croient plus fort que tout. L’exemple de Bouteflika et de son clan précipité de la falaise en un clin d’œil ne leur sert guère de mise en garde. L’exemple de ce monde qui vacille soudain par la faute d’un organisme invisible aussi.


Dans des circonstances aussi tragiques, le concept d’union nationale ne devrait pas être galvaudé de la sorte. Si, de son côté, le Hirak a suspendu ses manifestations, le pouvoir pourrait prendre des mesures d’apaisement en décidant de libérer les détenus d’opinions. Cela constituerait un acte politique fort mais aussi une démarche relevant d’un mot que nos dirigeants utilisèrent jadis pour pardonner à ceux qui prirent les armes contre eux : la Rahma. Dans l’affaire de Tabbou, ce qui frappe, au-delà du caractère inique de la condamnation, c’est la perversité et la cruauté de la démarche. Bien sûr, personne ne se fait la moindre illusion quant à la nature du système et de ceux qui le servent docilement. Mais Karim Tabbou a certainement dû irriter nombre de « décideurs » pour être traité de la sorte.


En tous les cas, la conclusion immédiate de ce scandale, c’est que la présidence d’Abdelmadjid Tebboune n’a rien de différent de celle d’Abdelaziz Bouteflika. Même méthodes, même hogra, même refus d’admettre l’idée que le pouvoir n’est pas la propriété d’une caste. Qu’en sera-t-il dans quelques semaines, quand les crises sanitaire et économique auront désorganisé la planète entière ? Ce pouvoir croit-il pouvoir se passer de l’adhésion populaire pour mettre les inévitables mesures d’austérité ? Qu’il regarde le passé et qu’il note que ce genre de situation a toujours débouché en Algérie sur de vraies tensions politiques pour ne pas dire sur des atteintes à la paix civile.


Il est facile de persécuter un homme seul. Il est facile de faire pleurer sa famille comme il était facile d’empêcher les Algériennes et les Algériens de s’exprimer. Gérer sérieusement un pays, le moderniser, le mener vers toujours plus de développement, c’est une autre affaire. Karim Tabbou représente, et il n’est pas le seul, une Algérie nouvelle, multiple, démocratique. Voilà pourquoi ce pouvoir infantilisant le cible. Mais, répétons-le, l’histoire est loin d’être terminée.


Addenda : Cette chronique a été rédigée et envoyée avant que ne tombe la triste nouvelle de l’arrestation de Khaled Drareni. Ce confrère qui a incarné le professionnalisme en couvrant le Hirak depuis ses débuts se savait dans le collimateur du régime. Trop brillant, trop professionnel, pas malléable, trop visible à l’étranger, le système a décidé de sévir en profitant de l’occasion offerte par la pandémie. Comme pour Karim Tabbou, c’est à ce genre de méthode que l’on sait à quels genres de spécimens humains nous avons affaire. Il y a des Algériens qui ne peuvent pas imaginer autre chose que la domination sur autrui. Leur seule compétence, c’est la force et le maintien de leur privilège sécuritaire, l’ivresse d’avoir prise sur les autres. Mettez ces gens dans un environnement normal, réglementé, sans passe-droit, et ils seraient forcés de prendre la porte. Le Hirak n’est pas mort. Khaled Drareni doit être libéré. Et cette chronique est pleine de solidarité et d’amitié pour lui !