La plateforme WAR

Lancée en 2017 par les italiens de Babelmed, Web Art Resistances (WAR) est une plateforme web qui accompagne des initiatives citoyennes à travers l’art, grâce à des reportages multimédias qui mettent en avant les différentes formes de résistance. WAR est présent en Egypte, au Maroc, en Tunisie, en Italie, et en France.
Ce mardi 10 décembre, quatre journalistes et acteurs étaient réunis, afin de partager leur expérience et expliquer comment la plateforme offrait la possibilité de « sortir des sentiers battus ».

Pour la journaliste Lynda Abbou auteur d’un reportage sur le festival Raconte-Arts, organisé fin juillet, dans un village de la Kabylie, l’initiative citoyenne à travers la culture imposée par la plateforme lui a permis de mettre à mal les idées reçues sur le peu d’intérêt des algériens à tout ce qui touche à la culture. « J’ai toujours entendu dire que les algériens ne s’intéressaient pas à la culture, or Raconte Art a prouvé tout le contraire, car des centaines de jeunes se sont déplacés de tous les coins du pays pour participer aux festivités. »

Pour sa part Djamila Ould Khattab qui a réalisé un reportage sur « les artistes engagés dans le soulèvement populaire ». « Depuis le début du soulèvement populaire en Algérie, de nombreux artistes s’impliquent en mettant leur créativité au service de la contestation pacifique. »

« la plateforme WAR m’a permis de travailler sur cette question qui n’était pas abordé dans les médias avec lesquels j’ai l’habitude de travaillé. »

« C’était également une façon de palier l’information diffusée par les médias traditionnels. Nous à WAR on a essayé de les accompagner et de mettre en avant leur travail et leur créativité dont ils ont fait preuve tout au long du hirak.»

Dans un autre registre, Yanis Ahmim, développeur de jeux vidéo et Assia Houfaf Khoufaf doctorante en management et adepte en agroécologie ont expliqué leurs démarches. Si Yanis Ahmim adepte des jeux vidéo a réalisé un reportage sur le sujet, la démarche de Assia Houfaf est plus surprenante. En dehors du management Assia a une autre passion pour l’agroécologie et pour le « manger sain » à travers la culture de son propre petit potager à la maison…sans recours aux pesticides.

Pour faire connaître le sujet, elle a, en compagnie de Khaled Aboubaker, tourner un reportage sur l’association agroécologique « Torba » qui a créé un jardin partagé sur les hauteurs d’Alger-centre. « je veux faire partager ma passion pour cette pratique et l’importance du « manger sain », d’autant qu’on peut cultiver un petit potager sur notre balcon », a expliqué Assia.