Le procureur du tribunal de sidi m'hamed crée la surprise
20 manifestants condamnés à de la prison ferme par le tribunal de Sidi M’hamed/ Archives

Le procès en appel de l’ancien Premier ministre, Ahmed Ouyahia et de ses co-accusés, dans les affaires de montage automobile et de financement occulte de partis et de la campagne électorale d’avril 2019 s’est ouvert mercredi à la Cour d’Alger.

A l’entame du procès et après l’entrée des accusés, le juge du siège a été contraint de lever l’audience pour procéder à l’organisation de la salle d’audience qui était bondée de monde (citoyens, familles des accusés et avocats), demandant au collectif de défense de réduire le nombre de ses membres.

Ce procès intervient suite à l’appel interjeté par le Parquet et le collectif de défense contre le verdict prononcé, le 10 décembre dernier, par le Tribunal de Sidi M’hamed, condamnant l’accusé Bouchouareb Abdessalem par contumace à une peine de 20 ans de prison ferme assortie d’une amende avec émission d’un mandat d’arrêt international à son encontre et l’accusé Ahmed Ouyahia à une peine de 15 ans de prison ferme assortie d’une amende de deux (2) millions de DA, avec confiscation de tous leurs biens.

Quant à l’ancien Premier ministre, Abdelmalek Sellal, il a été condamné à une peine de 12 ans de prison ferme assortie d’une amende d’un (1) million DA.