Pour le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid le retour au confinement sanitaire « n’est pas à l’ordre du jour », a-t-il déclaré lundi à Alger tout en ajoutant que « si une wilaya, une commune ou une daïra enregistre une propagation importante du virus représentant une menace sanitaire pour les citoyens, il n’est pas exclu que le Premier ministère opte pour un confinement ciblé dans des régions qui verront une progression importante des cas de contaminations au Coronavirus. Cela étant, nous ne souhaitons pas en arriver là », a-t-il affirmé lors d’un point de presse organisé au ministère de la Santé de la Population et de la Réforme hospitalière.

Le ministre qui reconnaît un « rebond des cas de contaminations en Algérie, à l’instar du reste du monde où la progression est beaucoup plus importante », impute la situation au  » non-respect des mesures de précaution et de prévention », rappelant que « le nombre des affections évolue conséquemment à la multiplication du nombre de tests ».

« Ce qui nous préoccupe le plus, ce sont davantage les décès et, fort heureusement, nous enregistrons moins de cas qu’au départ où nous avions recensé 30 décès. Ceci, bien qu’on en soit aujourd’hui à plus de 400 contaminations/jour au Coronavirus. Aussi, nous œuvrons pour soigner nos malades afin de leur éviter qu’ils meurent du virus », a-t-il expliqué.

Questionné sur l’interdiction supposée des tests à base de scanner, le ministre de la Santé a démenti « toute interdiction » de recourir à ce moyen, tout en le qualifiant de peu fiable et de privilégier plutôt les examens cliniques.