Le groupe Echourouk a annoncé, mardi 28 avril au soir, avoir décidé de supprimer le sitcom « Dar Al Ajeb » de sa grille du Ramadhan après un épisode évoquant un tunisien venant prendre de l’argent chez son ami algérien. Réalisé par Amine Boumediène, « Dar Al Ajeb », qui est à sa troisième saison, raconte le quotidien d’une famille à Alger. Dans l’épisode 3, intitulé « El dhif nekrmouh » (on prend soin de l’invité), la famille reçoit Qais, un tunisien ami du père. Le père donne 150 millions de centimes au visiteur sans raison apparente en lui disant « puis que tu n’as pas mangé le mesfouf qu’on t’a préparé, tu prends cela, c’est ta « kahwa ». Le tunisien réplique en prenant un paquet de billets : « si je savais, je serai venu avec toute la famille. Mahlak ya dzair mahlak ». Le tunisien est alors présenté comme un homme cupide et gourmand. Le fils Hamid réagit face à sa mère puisque la famille se trouve démunie : « 150 millions, tu te rends compte. J’ai des crampes à l’estomac. Pourquoi tu n’a rien fait? Il fallait le frapper avec une poêle. La mère met le père à terre, ça vaut le coup ». Cette scène se veut une critique satirique de la décision prise par l’Algérie, début février 2020, de déposer 150 millions de dollars dans la Banque centrale tunisienne (BCT) sous forme de prêt à titre de garantie. Dans le même épisode, Hamid reproche à sa mère de s’être marié en signant avec « le doigt bleu », allusion à l’élection présidentielle du 12 décembre 2020. Les votants ont été qualifiés, par les partisans du Hirak dans les réseaux sociaux, de « ceux qui ont le doigt bleu ».

« L’épisode a porté atteinte au crédit du groupe Echourouk » 

Le groupe Echourouk a présenté ses excuses à la Tunisie en rappelant son effort médiatique constant pour défendre « l’approfondissement de la coopération et de la complémentarité » entre l’Algérie et la Tunisie ». « Nous traitons depuis longtemps le dossier tunsien du point de vue de la fraternité entre nos deux peuples(…)Echourouk a toujours été solidaire avec le peuple frère de Tunisie, même dans les moments les plus sombres surtout après 2011 », a ajouté le groupe soulignant avoir fait de la promotion au tourisme tunisien après que le pays ait été attaqué par les terroristes. Il a rappelé avoir ouvert son antenne, pendant plusieuers Ramadhan, à Abdelfatah Mourou, un des leaders du Mouvement Ennahada, pour des causeries religieuses. « Le troisième épisode de « Dar Al-Ajab » a eu des répercussions complètement imprévues et a pris des dimensions et des interprétations qui ont peut-être égratigné la profondeur des relations fraternelles bilatérales entre les peuples algérien et tunisien.L’épisode a porté atteinte au crédit du groupe Echourouk », est-il encore ajouté dans le communiqué. Une enquête a été ouverte par le groupe et les membres de l’équipe de visionnage ont été traduits en Conseil de discipline.