Après le rapatriement des algériens coincés à l’étranger, le gouvernement met en place des mesures en faveur des étudiants inscrits dans des universités à l’étranger et qui souhaitent rejoindre leur campus.

C’est le cas pour les étudiants inscrits en Tunisie et qui souhaiteraient retourner à leurs universités respectives. Pour eux, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a pris toutes les mesures nécessaires pour un retour « rapide » et « effectif », a indiqué un communiqué du ministère, sans préciser les détails de leur retour.

Pour le cas des 34 étudiants qui ont bénéficié d’une formation résidentielle à l’université d’Alicante en Espagne, ils « recevront lundi directement ou par la voie de leurs établissements, les documents de prise en charge les concernant, assure le communiqué du ministère de

Les 36 algériens qui ont bénéficié d’une formation résidentielle en Irlande et qui n’ont pas encore reçu leurs documents de prise en charge. sont informés que les documents seront en leurs possessions le 17 septembre au plus tard ».

Pour les trente-six des étudiants inscrits à une formation résidentielle en Hongrie, des instructions ont été données, précise-t-on, aux universités pour « organiser les examens finaux (en licence et en master) le plus tôt possible pour qu’ils puissent obtenir leurs attestations de réussite et finaliser les procédures d’inscription dans les universités hongroises », conclut le communiqué.

Par ailleurs, le gouvernement a déjà mis en place une série de mesures pour faciliter le départ des nationaux bloqués en Algérie et qui veulent rejoindre les pays de leur résidence. En effet, toute personne munie d’un certificat de résidence (titre de séjour, récépissé, APS) ou d’un visa D peut quitter le territoire.