Le général Hocine Benhadid lors du fameux entretien à Radio M en 2015

Le général à la retraite Hocine Benhadid, en détention provisoire depuis le 12 mai 2019 et poursuivi pour “atteinte au moral de l’armée” a été élargi ce jeudi 2 janvier 2020. L’ancien général passe de la détention provisoire à la liberté provisoire, son procès a été fixé au 5 mars prochain. La libération du général Benhadid intervient dans le cadre d’une vague de libération de détenus d’opinion dont l’emblématique Lakhdar Bouregaa. Les demandes de liberté provisoire formulées par ses avocats qui soulignaient la grave détérioration de son état de santé avaient été systématiquement rejetées dans le passé.  Ce serait une lettre ouverte au défunt général Ahmed Gaïd Salah qui aurait valu des poursuites au général Hocine Benhadid. 

Des annonces prémonitoires

L’ancien général avait accordé un entretien explosif à Radio M en septembre 2015 dans lequel il pointant une  ambition démesurée et dangereuse de pouvoir chez Saïd Bouteflika. Il avait assuré – de manière prémonitoire – que Said Bouteflika après  avoir « éliminé » les généraux Toufik et Boustila, n’a pas plus que Gaïd Salah comme obstacle à cette ambition.

Il avait affirmé que “le chef d’état-major de l’armée qui s’est allié, selon lui, en 2014 avec Saïd Bouteflika contre Toufik va être la « prochaine cible ». « Gaïd Salah est pour Abdelaziz Bouteflika pas pour Saïd Bouteflika. La prochaine cible de Saïd Bouteflika, ce sera Gaïd Salah. Il faut qu’il élimine tous les opposants ». Ni Athmane Tartag, ni les nouveaux responsables désignés à la tête des corps de sécurité n’ont le « poids de Toufik ou de Bousteila » et ils ne peuvent constituer de ce fait un frein aux ambitions qu’il juge dangereuses de Saïd Bouteflika.  « Hocine Benhadid s’était dit convaincu que le « peuple n’acceptera pas un coup de force « de Saïd Bouteflika. Il y aura sûrement des réactions de certains officiers et de l’élite algérienne. Un visionnement a-posteriori de cet entretien est fascinant.