Le dernier hommage des Algériens au chef d’Etat major de l’armée et vice-ministre de la défense, Ahmed Gaid Salah, décédé lundi d’une crise cardiaque a été reporté à Mercredi. Pourtant, dès lundi soir, des sites d’information annonçaient l’organisation cet hommage nationale au patron de l’armée.

Tôt ce mardi, quelques algériens se pressaient devant les grilles du Palais du Peuple pour se recueillir devant la dépouille du patron de l’armée et homme fort du pouvoir depuis la démission du président Bouteflika le 2 avril.  « Je suis arrivé tôt ce matin de Sétif pour voir une dernière fois le chef de l’armée, mais un policier m’a annoncé que la cérémonie était annulée et programmée pour demain » raconte dépitée une femme.

Un peu plus bas, une vingtaine de personnes se sont rassemblées, certaines avaient le drapeau national à la main. Ils sont venus de plusieurs régions du pays pour voir une dernière fois « El Gaïd », avant d’être éconduit par les forces de l’ordre en faction devant le palais du peuple. « Sans lui, on aurait basculé dans le chaos. Il a sauvé l’Algérie », affirme un jeune homme en survêtement. « Je l’aime comme un père. Il va me manquer », déclare pour sa part une jeune femme voilée, qui promet de revenir mercredi.

Plus tôt dans la matinée, des chaines de télévisions ont montré des images d’un grand nombre de citoyens qui se bousculaient pour rendre un dernier hommage au défunt.