Les bourses de soutien à la préparation des athlètes algérien pour les jeux olympiques seront maintenues jusqu’en 2021 a appris l’APS auprès du Comité olympique et sportif algérien (COA).

Les aide étaient prévues jusque’n 2020, date à laquelle devait se tenir les olympiades à Tokyo avant que la crise du coronavirus ne chamboule la programmation des jeux olympiques et ne les retarde d’une année, du 23 juillet au 8 août 2021.

« Avec la décision du CIO de prolonger le programme de bourses olympiques dont bénéficient les athlètes, le soutien qui est apporté aux athlètes algériens va évidemment se poursuivre jusqu’en 2021 pour les JO, et si c’est possible jusqu’en 2022 pour les Jeux méditerranéens d’Oran », a indiqué le Comité de préparation olympique (CPO) du COA à l’APS.

Dans le cadre de leur préparation aux JO de Tokyo-2020, les athlètes algériens bénéficient de 10 bourses du Comité international olympique (CIO), 7 de l’Association des Comités nationaux olympiques d’Afrique (ACNOA) et 4 du Comité international des Jeux méditerranéens (CIJM), « mais le gros lot est puisé sur le fonds propre du COA », selon la même source.

21 athlètes qualifiés

« Jusqu’à maintenant, tous les athlètes qui ont demandé une bourse, par le biais de leurs fédérations, l’ont eue. Mais il y a toujours des athlètes qui ne se sont pas présentés pour bénéficier de leur bourse, malgré les sollicitations répétées de la CPO », a fait savoir cette dernière.

Le système de bourses olympiques pour les athlètes algériens a été mis en place en 2017. Le nombre de bourses octroyées est passé de 40 à 104 pour des athlètes d’une vingtaine de fédérations.

Avant le report des JO à 2021, le nombre d’athlètes algériens qualifiés pour Tokyo s’élevait à 21 dans neuf disciplines, mais le processus de qualification est toujours ouvert.

Actuellement, plus de 1600 athlètes originaires de 185 Comités nationaux olympiques (CNO), ainsi que l’équipe olympique des réfugiés formée par le CIO, bénéficient de la bourse de Solidarité olympique.

Pour les JO-2020, 57% des places de qualification, tous sports confondus, ont déjà été allouées. Dans certains cas, la place est attribuée aux CNO, dans d’autres à l’athlète directement. Dans tous les cas, et conformément à la Charte olympique, les CNO conservent le droit de sélectionner les athlètes qui les représenteront aux Jeux de Tokyo.