Alors que certaines voix appellent à la reprise des manifestations pacifiques tous les vendredis, l’association nationale de jeunes, Rassemblement Actions Jeunesse (RAJ) juge que les conditions actuelles pour la reprise du hirak ne sont pas réunies, face aux risques de propagation du coronavirus.

Le gel des manifestations doit permettre « d’approfondir la réflexion, le débat dans la société dans le respect de tout les avis, et d’œuvrer à une large mobilisation pour la reprise de la dynamique populaire une fois les conditions sanitaires réunies. », juge RAJ dans son communiqué.

Le président de RAJ, Abdelouahab Fersaoui est libre depuis le 18 mai après une condamnation à six mois de prison ferme. Il avait été arrêté le 10 octobre.