Donald Trump a déclaré samedi 20 juin qu’il avait demandé à ses autorités sanitaires de ralentir le rythme du dépistage du Covid-19 parce que cela provoquait une augmentation du nombre de cas détectés aux États-Unis, le pays le plus endeuillé du monde par la pandémie.

Face à ses partisans réunis à Tulsa pour le premier meeting organisé pendant la pandémie aux États-Unis, le président américain a affirmé que le dépistage était «une arme à double tranchant». «Voilà le mauvais côté: quand on fait ce volume de dépistage, on trouve plus de gens, on trouve plus de cas», a-t-il poursuivi. «Alors j’ai dit ‘Ralentissez le dépistage’. Ils font des tests, et des tests…», a ajouté Donald Trump, dont la gestion de la crise sanitaire aux États-Unis est largement critiquée.

2,2 millions de cas et près de 120.000 morts

Six membres de l’équipe de campagne Trump ont été testés positifs au Covid-19 et placés en quarantaine quelques heures avant ce rassemblement. Le président américain a en revanche assuré qu’il était en bonne santé. «S’il y a un problème, je vous le dirai», a-t-il lancé à Tulsa lors de son premier meeting de campagne depuis plus de trois mois. «Il y a quelque chose qui ne va pas concernant (Joe) Biden, ça je peux vous le dire», a lâché le président de 74 ans, évoquant son adversaire démocrate, âgé lui de 77 ans, pour l’élection présidentielle du 3 novembre.

Jusqu’à présent relativement épargné, l’Oklahoma, où s’est déroulé le meeting, connaît en ce moment une forte poussée des cas détectés. Les États-Unis sont le pays le plus touché par le nouveau coronavirus avec plus de 2,2 millions de cas et près de 120.000 morts, pour près de 330 millions d’habitants.