Douche froide pour l’ancien ministre de la jeunesse et des sports Raouf Salim Bernaoui, dont la candidature à l’élection le 12 septembre à la présidence du Comité Olympique algérien (COA) a été rejetée par les membres du bureau exécutif du COA.

« La candidature de l’ex-ministre de la Jeunesse et des Sport et président de la Fédération algérienne d’escrime (FAE) a été rejetée par les membres du bureau exécutif du COA, conformément à l’ordonnance n 07-01 du 1er mars 2007, relative aux incompatibilités et obligations particulières attachées à certains emplois et fonctions pourrait constituer un obstacle à sa candidature », selon une source.

Pour invalider la candidature de M Bernaoui, les membres du bureau exécutif du COA ont dégainé l’ordonnance n 07-01 du 1er mars 2007 dont l’article 3 stipule qu’il est interdit aux agents publics occupant des fonctions supérieures de l’Etat « d’exercer, pendant une période de deux années, une activité professionnelle ou de consultation ou détenir des intérêts directs ou indirects auprès d’entreprises ou d’organismes dont ils ont eu à assurer un contrôle ou une surveillance, à conclure un marché ou à émettre un avis en vue de la passation d’un marché, ainsi qu’auprès de tout autre entreprise ou organisme opérant dans le même domaine d’activité ».

L’ancien ministre de la jeunesse et des sports et président de la fédération algérienne d’escrime qui avait poussé à la démission l’ancien président du COA, Mustapha Berraf, pouvait compter sur le soutien de ses pairs, les présidents des fédérations, pour remporter l’élection, mais la bataille qu’il avait mené contre l’ancienne équipe proche de Mustapha Berraf a laissé des traces et a nourri des ressentiments contre sa candidature même si le candidat Bernaoui avait pris soin de baliser le terrain en présentant un programme dont l’objectif était « d’apaiser et de normaliser les relations avec tous les partenaires : ministère, institutions nationales et internationales, les associations que sont les fédérations et les clubs et surtout les athlètes. », a-t-il promis dans un entretien à TSA ,le 2 septembre.

Pour l’élection du 12 septembre, les dossiers de candidature d’Abderrahmane Hammad, médaillé de bronze aux JO-2000 de Sydney, de Soumia Fergani, ex-députée à l’Assemblée populaire nationale (APN) et première arbitre internationale de football, de Sid-Ali Lebib, ex-ministre de la Jeunesse et des Sports et celle de Mabrouk Kerboua, ex-président de la Fédération algérienne de cyclisme (FAC), ont été validés.