Des djihadistes syriens ont-ils tenté de se déployer en Algérie avec le statut de réfugié ? C’est ce que révèle dans un entretien accordé au quotidien El Watan ce lundi, Hassen Kacimi, expert des flux migratoires et des menaces dans le Sahel.

« Ces faux migrants, venus de toutes les zones de combat, du nord de la Syrie et du Yémen, devaient entrer en Algérie avec de fausses identités, pour se mouvoir dans l’anonymat, au sein de la communauté arabe, sous un statut de réfugié. Leur but est d’attenter à notre sécurité au moment opportun. », a-t-il déclaré.

Et d’enfoncer le clou en accusant les organisations internationales d’être complices dans les infiltrations des combattants en Algérie. « Il fait savoir qu’en 2018, des réseaux djihadistes ont tenté de se redéployer sur le territoire national via les frontières du Mali et du Niger, en empruntant des circuits migratoires, dans le but de bénéficier en Algérie d’une protection juridique internationale.

« Une forte logistique et une organisation supranationale ont été mobilisées pour faciliter leur infiltration en Algérie par des combattants subversifs, dans un habillage de migrants, à la recherche d’un statut de réfugié », accuse l’expert des flux migratoires et des menaces dans le Sahel.