Hirak
Photo d’archive

Les tribunaux de Ain Temouchent et Souk Ahras ont relaxé mercredi 12 février 32 activistes du Hirak, a rapporté le Comité national pour la libération des détenus (CNLD).

Accusés « d’attroupement » et « entrave au bon déroulement de l’élection présidentielle » présumée, 30 manifestants ont été relaxés à Ain Temouchent.

De leur côté, les activistes Djaffri Abdelouaheb et Dif Abderrahmane ont été relaxés par le tribunal de Souk Ahras.