Crise en Libye: "les besoins humanitaires sont en constante augmentation"
RFI

Le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Peter Maurer, a estimé samedi que les besoins humanitaires sont en constante augmentation en Libye en raison de la crise politico-sécuritaire que vit le pays, affirmant que son organisation travaille en étroite collaboration avec plusieurs organisations et institutions libyennes pour porter assistance aux civils.

« Aujourd’hui, les besoins humanitaires sont en constante augmentation en Libye. Nous avons ainsi progressivement repris nos activités dans quelques lieux de détention sous la responsabilité des ministères de la Justice », a relevé le président du CICR, M. Maurer, dans un entretien à l’APS, au terme d’une visite effectuée en Libye.

Selon le CICR, plus d’un million de personnes en Libye en 2019 ont bénéficié d’un ou plusieurs services fournis par le CICR, affirmant travailler en étroite collaboration avec le Croissant Rouge Libyen et la Compagnie générale des eaux et des eaux usées et d’autres autorités municipales, pour fournir le matériel et le soutien nécessaires à plus de 400 000 personnes.

En outre, M. Maurer a informé que, les délégués du CICR ont visité en 2019 des personnes privées de liberté dans trois lieux de détention sous l’autorité du ministère de la Justice, à Tripoli, Misrata et Benghazi.

« Nos équipes se concentrent sur l’assistance aux personnes vulnérables. 240 000 personnes, dont des déplacés internes, des résidents, des rapatriés et des migrants ont reçu des colis de vivres en 2019. En collaboration avec la Compagnie générale des eaux et des eaux usées et d’autres autorités municipales, notre organisation a fourni du matériel et un soutien technique pour les réparations des installations d’eau et d’assainissement bénéficiant à plus de 400 000 personnes », a déclaré M. Maurer.

Il a indiqué que des travaux de réparation et de remise en état ont été effectués dans sept établissements médicaux en se concentrant sur la restauration de l’électricité et de l’eau. « Ces établissements touchent environ 80 000 personnes », a-t-il précisé.

Par ailleurs, a-t-il dit, grâce à des transferts en espèces, « 73 500 personnes déplacées et femmes cheffes de famille ont pu acheter ce dont ils avaient précisément besoin comme de la nourriture, des médicaments ou des vêtements », s’est-il félicité, ajoutant qu’au niveau des soins de santé, « 66 hôpitaux et établissements de soins de santé primaires à travers la Libye (Tripoli, Misrata, Benghazi et Sabha) ont reçu des fournitures médicales ».

« Ces établissements ont dispensé plus de 750 000 consultations, vacciné plus de 16 000 enfants contre la polio et la rougeole et soigné des milliers de blessés », a-t-il conclu.