« l’Algérie sera l’un des premiers pays à acquérir le vaccin anti-coronavirus, et entre 70 et 75% des citoyens seront vaccinés » a annoncé ce lundi le ministre de la Santé, Abderahmane Benbouzid.

Benbouzid, qui s’est exprimé sur les ondes de la radio nationale, a indiqué que le Conseil scientifique, chargé du suivi de l’épidémie, est en train de préparer une étude pour déterminer la quantité de vaccin qui sera importée et les catégories qui seront les premiers à recevoir la vaccination.

Tout en indiquant qu’il est trop tôt pour parler de l’utilisation du vaccin, le ministre a estimé que le personnel de santé et les personnes souffrant de maladies chroniques seront prioritaires pour recevoir le vaccin.

Soulignant que la Russie est le seul pays qui est entré dans la troisième phase du développement du vaccin, le ministre a indiqué qu’il existe d’autres laboratoires qui ont atteint des stades avancés dans la production de vaccins, notamment des laboratoires chinois, britanniques, américains et russes.

A ce propos, le ministre de la santé a rappelé que l’Algérie entretient des relations de coopération avec un certain nombre de laboratoires tels que Pfizer et Zenica.

Dans ce même sens, Benbouzid a révélé qu’il rencontrera la semaine prochaine les ambassadeurs de la Chine, de la Russie, des États-Unis et de la Grande-Bretagne pour discuter de la question du vaccin. Il a souligné, à ce propos, que « le choix du vaccin se fera sur la base d’un dossier scientifique, avec la condition que le vaccin soit déjà utilisé chez la population du pays du laboratoire fournisseur et avec la preuve concrète de son efficacité ».

Par ailleurs, le ministre a affirmé que la situation épidémiologique était jusqu’ici maîtrisée, soulignant qu’elle est stable au niveau de nombreux hôpitaux dans plusieurs wilayas du pays. Concernant le manque d’oxygène, constaté ses derniers temps dans plusieurs hôpitaux, Benbouzid a expliqué que les enquêtes ont montré que ceci était dû à une surconsommation de ce produit.