Annaba. Repression de la manifestation

Le 45ème vendredi du Hirak a été un franc succès populaire. Mais il a connu la confirmation inquiétante d’agissements de baltaguias qui attaquent ouvertement les manifestations pacifiques. Les appels sur les réseaux sociaux à la violence contre les manifestants du Hirak traités de tous les noms et accusés de traîtrise commencent-ils à trouver écho chez des nervis programmés? C’est la question qui se pose:

Si à Alger, le 45ème vendredi du Hirak qui a connu une affluence nombreuse s’est déroulé dans une atmosphère bon-enfant, des incidents ont été signalés dans les wilayas de Constantine, Annaba, Bordj-Bou-Arreridj et Oran. 

A Annaba, le Hirak a été carrément empêché par ce que des témoins qualifient de “baltaguias”. Un petit groupe d’une cinquantaine de personnes scandant des slogans favorables au pouvoir ont pris à partie des manifestants du Hirak.  Des “nervis” selon des témoins qui ont attaqué les jeunes manifestants ainsi que les femmes. Les forces de l’ordre ont agi, selon le témoignage de cette dame, non pour séparer les deux parties, mais pour réprimer les manifestants du Hirak.

#عنابة #الجمعة_45 و ما حدث من قمع اليوم#الثورة_مستمرة 🇩🇿 💪 ✌️

Gepostet von ‎حراك الجزائر‎ am Freitag, 27. Dezember 2019

A Constantine, selon le récit précis du journaliste Akram Kharief, une autre tentative de s’attaquer au Hirak a eu lieu. Les assaillants qui ont tout l’air de baltaguias programmés pour la provocation ont finalement été vaincus par le nombre des manifestants du Hirak qui sont restés fidèles au mot d’ordre de la silmiya.

“Il est 14:00, À Constantine place de la brèche un bus dépose 80 personnes, des jeunes et moins jeunes hommes certains sont tatoués, d’autres ont le fameux cocktail coca-lyrica en main. Ils se regroupent, scandent des slogans contre le hirak trois d’entre eux crient un slogan. Spontanément la petite foule qui attend le gros du hirak les étouffent avec le slogan madaniya machi askaria. Deux agitateurs pètent les plombs et se mettent à frapper sans discernement, ils sont repoussés par la foule. Des milliers de manifestants sortent de la rue Abane Ramdane, le groupe de perturbateurs s’évanouit dans la nature.”

Il est 14:00, A Constantine place de la brèche un bus dépose 80 personnes, des jeunes et moins jeunes hommes certains…

Gepostet von Akram Kharief am Freitag, 27. Dezember 2019

A Oran, qui a connu il y a deux semaines une violente répression contre les manifestants du Hirak et l’émergence de groupes développant un discours de haine et de division, était de nouveau face aux provocations de baltaguias. Là, également le mot d’ordre de la Silmiya l’a emporté face aux provocateurs. Les manifestants ont ainsi dénoncé la “comédie” fabriquée avec de baltaguias.

Gepostet von Samir Ould Ali am Freitag, 27. Dezember 2019

راها باينة مسرحية دارو في وهران بلطجيةتحيا الجزائر حرة ديمقراطية⁦🇩🇿⁩حضور بلطجية لمحاولة كسر الحراك

Gepostet von ‎حراك الشعبي السلمي‎ am Freitag, 27. Dezember 2019

A Bordj Bou-Arreridj, des incidents ont également eu lieu. Comme en témoigne ce jeune homme blessé qui dit connaître ceux qui l’ont agressé et qui ne comprend pas pourquoi les policiers ne font pas leur travail. 

🔴 #خطير من أحرار الحراك شاهدوا ماذا فعل له أبناء الجباس#برج_بوعريريج

Gepostet von ‎حراك الجزائر‎ am Freitag, 27. Dezember 2019