Pas moins de 40 pays africains ont complètement fermé leurs frontières en raison des inquiétudes liées à la propagation rapide du COVID-19, ont indiqué samedi les Centres africains de contrôle et de prévention des maladies (CDC Afrique), une agence spécialisée dans les soins de santé de la Commission de l’Union africaine (UA).

Les 40 pays africains en question sont toujours sous « fermeture totale des frontières » alors que le couvre-feu nocturne a été activé dans 34 pays afin de stopper la propagation du virus infectieux.

Samedi, le nombre de cas confirmés de COVID-19 positifs sur le continent africain a dépassé les 682.743, alors que le nombre de décès dus à la pandémie est passé à 14.671, selon les derniers chiffres du CDC Afrique.

L’agence continentale de contrôle et de prévention des maladies a également déclaré que jusqu’à présent, quelque 362.071 personnes infectées par le coronavirus ont guéri sur le continent.

Selon le CDC Afrique, certains pays africains autorisent encore le transport de marchandises, de fret et de secours à l’entrée et à la sortie de leurs pays respectifs, et certains membres de l’UA permettent aux citoyens et aux résidents d’entrer mais toutes les frontières sont pratiquement fermées.

Il a également noté que 54 pays africains pratiquent des rassemblements publics limités, et que quelque 36 pays ont procédé à la fermeture des établissements d’enseignement dans tout le pays.

Parmi les efforts croissants pour endiguer la propagation du COVID-19 dans les pays d’Afrique, 41 pays exigent le port obligatoire de masques dans les lieux publics, est-il précisé. 

Avec Xinhua