Sid Walines

Depuis le début du mouvement populaire, les manifestants ont toujours montré leur attachement aux héros emblématiques de la guerre de libération nationale. On a vu des citoyens défiler avec le portrait géant de Amirouche, d’autres ont repris la phrase culte de Larbi Benmhidi « jetez la révolution dans la rue le peuple s’en emparera » et le cri « Ya Ali » continue de faire vibrer les rues d’Algérie d’une wilaya à une autre.

En ce 45e vendredi  qui coïncide avec l’anniversaire de l’assassinat de Abane Ramdane, le 27 décembre 1957 au Maroc, les manifestants l’ont dédié à celui qu’on surnomme l’architecte de la révolution. Les voix des manifestants se sont élevées dans la capitale scandant  » Abane khala wessaya, doula manadniya » (Abane Ramdane a laissé un testament, primauté du civil sur le militaire).

Les Algériens, du moins ceux qui ont manifesté aujourd’hui, ne l’ont pas oublié et lui ont rendu un vibrant hommage. Les foules nombreuses qui affluaient des principales artères vers le centre d’Alger, portaient haut son portrait et des pancartes sur lesquelles ils ont inscrit son célèbre crédo au congrès de la Soummam « primauté du civil sur le militaire ».

https://twitter.com/latifaabada/status/1210546945472761856/photo/4


Le coup d’envoi de ce 45e vendredi a été donnée par les fidèles de la mosquée Errahma qui aussitôt la prière terminée ont commencé à scander « Abane Ramdane Rabi Yarahmou » ou encore « État-civil c’est Abane qui l’a dit ».

Ce testament de d’Abane Ramdane prend tout son sens en ce 45e vendredi. Il correspond à l’une des revendications phares du mouvement à savoir l’instauration d’un État-civil. Les manifestants ont clairement clamé ce principe et démontré qu’il restait au coeur des revendications 64 ans après le congrès de la Soumam. Une assertion qu’on pouvait lire sur un des portrait du martyr portés par les manifestants ce vendredi: « la révolution du sourire est le prolongement de la Soummam ».

« Ouled Bab El Oued haussent le ton »


De Bab El Oued, les manifestants ont afflué vers à la rue Asslah Hocine avec des portraits de ce héros de la révolution et ne mâche pas leurs mots.


De loin on aperçoit une grande banderole sur laquelle ils ont inscrit « Ils l’ont tué (ndlr Abane Ramdane) mais son idée est toujours vivante, primauté du civil sur le militaire ».


Ils décrient les moyens que l’État a déployés pour les funérailles du défunt vice-ministre de la défense. Les jeunes de Bab El Oued ne manquaient pas de souligner qu’ils sont venus par leurs propres moyens sans être transportés à la manifestation « Ya Abane Ya Ramdane ils ne nous ont pas ramené par bus ».

L’Algérie se souviendra de cet hommage populaire rendu à Abane Ramdane. Jeunes et moins jeunes ont célébré sa mémoire ce vendredi à Alger. La gratitude que portent les Algériens pour leurs martyrs et leur attachement à leur Histoire sont intacts.